Radio et viralité sur Internet, l’impossible équation ? share
back to to

Radio et viralité sur Internet, l'impossible équation ?

3 mars 2014

Qu’importe la bonne santé du média, rien n’y fait : la radio ne sera jamais aussi virale qu’une image, une vidéo, un article ou un tweet. C’est ce que nous expliquait Liza Kroh dans un article publié le 28 février dernier sur Slate. Mais audience radiophonique et viralité sur le web peuvent-ils vraiment se comparer ?

Média d’accompagnement du réveil, de la conduite ou même de la vaisselle, la radio a pour caractéristique principale de produire des formats qui s’écoutent du début à la fin. Caractéristique qu’Internet ne possède pas : sur ce média de  « papillonnage », comme le qualifie Liza Kroh, on survole des contenus essentiellement visuels et facilement partageables. Or, comment partager le long déroulement d’un débat tandis que l’on s’affaire à un tout autre type d’activité ?

Nombreuses sont les radios qui ont adopté le format vidéo pour le partage de séquences à fort potentiel viral (comme un sketch ou une interview clé par exemple) afin de pallier à ce type de problème. Mais malgré le succès relatif de la formule, un obstacle subsiste : il n’existe aucun moteur de recherche pour le son et aucun moyen, sinon l’écoute, de savoir ce dont il s’agit. La solution : phrases clés, tags, expériences sonores mêlées à de la narration web-journalistique… Des formats qui se prêtent particulièrement aux usages des réseaux sociaux, et notamment au partage.

C’est justement sur ce terrain que les problématiques de la radio et du web se rejoignent : sur les pages Facebook notamment, il s’avère plus intéressant d’avoir une audience fidèle qu’un volume de fans peu intéressés … Un enjeu que partage le monde de la radio, comme l’affirme l’article. Malgré des changements dans les usages, le web ne ramènerait-il donc pas la radio à ses fondamentaux ?

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email