Quand la réalité virtuelle rejoint le réel share
back to to

Quand la réalité virtuelle rejoint le réel

Wall Street Journal 5 janvier 2016
Alors que les casques de réalité virtuelle sont sur le point d’être commercialisés à large échelle, se pose la question presque philosophique du degré de réalité des mondes virtuels auxquels ils donnent accès. Explications avec le Wall Street Journal.

Vous avez peur des serpents ? De prendre l’avion ? De vous exprimer en public ? La réalité virtuelle pourrait y remédier. C’est en tout cas la promesse de plusieurs start-up qui exploitent les nouvelles possibilités offertes par les casques de réalité virtuelle. 

D’après les chercheurs du Virtual Human Interaction Lab de l’université Stanford, une expérience de réalité virtuelle peut profondément modifier la façon de penser et de se comporter d’un utilisateur, allant jusqu’à influencer ses perspectives et points de vue sur un sujet donné. Pourquoi ? Car cela permet de vivre des expériences proches de la réalité, en faisant des utilisateurs passifs de véritables acteurs d’une scène. 

La journaliste Nonny de la Peña a ainsi fondé l’Emblematic Group avec comme projet de produire des contenus de réalité virtuelle qui font naitre de l’empathie chez l’utilisateur en le plaçant face à des situations traumatisantes – dans la peau d’un SDF souffrant de diabète, en Syrie lors d’un bombardement, ou encore à proximité de la scène du meurtre de Trayvon Martin.

La question n’est pas celle de savoir si la réalité virtuelle est bonne ou mauvaise, souligne le professeur Bailenson, directeur du laboratoire spécialisé à Stanford. « Nous ne nous sommes jamais posé cette question à propos de l’écriture ou de la vidéo. Mais j’espère que les gens seront prudents… Nous ne savons pas ce qui va se passer. »

Pour en savoir plus, c’est par ici.

.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email