Réécrire son génome ?

26 septembre 2011
Onze ans à peine après le premier décryptage du génome humain, annoncé par Bill Clinton en juin 2000, la science pourrait bientôt modifier directement certains gènes.
 

Cette prouesse est une nouvelle étape qui pourrait prévenir certaines maladies ou les traiter plus précocement, voire corriger des anomalies génétiques sin utero ou prolonger l’espérance de vie humaine à 150 ans, selon le chercheur George Church, un des pionniers de la recherche sur le génome humain.
 

« Les gens ont l’habitude qu’on leur dise : voici votre destin génétique, il faut vous y faire, explique-t-il à la BBC. Désormais, on peut dire : la génétique concerne les changements environnementaux que vous pouvez faire pour changer votre destin. »
 

Lubie, fantasme ou réalité ?  Si l’enthousiasme du chercheur est communicatif, son raisonnement est encore bien loin de refléter la réalité de ce que permet la science aujourd’hui, prévient George Annas, le directeur du département de la santé, bioéthique et des droits humains de l’université de Boston. Tout en concédant que l’avenir tendra vers une médecine de plus en plus personnalisée.
 

(Visuel: Visual DNA par ironmanixs, Flickr, licence CC)

> Pour aller plus loin:

Lire notre débat sur la santé de demain
 

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email