La recherche sur les robots tueurs avance, pas leur encadrement légal share
back to to

La recherche sur les robots tueurs avance, pas leur encadrement légal

21 janvier 2016
A l’occasion du Forum économique de Davos, les experts en intelligence artificielle sont tombés d’accord sur un point : si quarante pays travaillent actuellement sur des projets de robots tueurs, aucun cadre légal n’est prévu quant à leur utilisation. The Next Web fait le point.

L’appel de personnalités du monde scientifique comme Stephen Hawking ou Elon Musk à une interdiction des robots tueurs reste, pour l’heure, lettre morte. Au Forum économique de Davos le président de la société de défense aérospatiale britannique, Sir Roger Carr, annonçait en effet que quarante pays développaient en ce moment des technologies de robots tueurs (ou armes autonomes), dont les Etats-Unis, leaders dans ce domaine.

Mais si leur développement continue, les contours légaux de leur utilisation semblent quant à eux pour le moins… stagner. La représentante des Nations Unies pour le désarmement, Angela Kane, a confirmé que si des discussions avaient été initiées en 2014, elles n’avaient que bien peu avancé, n’arrivant même pas à s’accorder sur une définition d’ « armes autonomes ».

En l’état actuel du droit, « si les humains choisissent de donner l’ordre à un robot d’éradiquer tous les mâles d’une ville donnée, ils peuvent le faire », précise Stuart Russell, professeur en science informatique à l’université de Berkeley, .

L’article complet est à retrouver ici.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email