Royaume-Uni : un rapport pour démocratiser les services publics numériques share
back to to

Royaume-Uni : un rapport pour démocratiser les services publics numériques

25 novembre 2014

21% de la population britannique ne disposerait pas des compétences nécessaires pour accéder aux services en ligne du gouvernement. Tel est le constat d’une étude, commissionnée par le Parti travailliste, et chargée de dépeindre le paysage numérique du Royaume-Uni. Un rapport qui appelle à l’instauration de comités éthiques et à la nomination de spécialistes du numérique au sein des différents services du gouvernement. Explications avec un article du Guardian

Les principales recommandations du rapport Making Digital Government Work for Everyone, qui s’appuie sur la participation de plus de 2000 citoyens, s’axent autour de trois objectifs : le soutien aux autorités locales et nationales dans leur transition numérique, la promotion des outils digitaux auprès de la population (4,9 millions de Britanniques étant encore totalement dépourvus de compétences en la matière), et davantage de transparence de l’administration avec la mise en ligne des données relatives à la performance des services publics. Une volonté qui s’affirme de plus en plus en Europe et dans le monde, parfois avec succès (Data.gouv.fr, récemment saluée à New York) et parfois avec d’inquiétantes dérives potentielles (comme ici à Dubaï ?).

Les recommandations de l’étude visent également à améliorer le lien entre l’Etat et ses publics. L’objectif ? Favoriser le débat citoyen par la pédagogie sur des sujets tels que la santé 2.0, les véhicules autonomes ou encore le droit à l’oubli. A ce titre, les auteurs encouragent la présence de spécialistes de ces thématiques au sein des différentes administrations, notamment pour organiser des comités de réflexion autour de l’éthique des nouvelles technologies, sujet crucial à l’heure où celles-ci deviennent omniprésentes – jusqu’à prendre des décisions à notre place. Une prise de position qui va dans le sens des recommandations émises ces derniers mois par divers spécialistes, comme la chercheuse américaine danah boyd.

La prise en main par le grand public des outils numériques de l’administration devient une priorité au moment où les usages se démocratisent : 38 millions d’adultes britanniques utilisent quotidiennement Internet, contre 17 millions en 2006.

Pour retrouver l’article du Guardian, c’est par ici.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email