Se propulser sous l’eau comme une pieuvre grâce à l’impression 3D share
back to to

Se propulser sous l’eau comme une pieuvre grâce à l'impression 3D

23 juillet 2013

Le Science Daily rapporte qu’une équipe de chercheurs au Fraunhofer Institute for Manufacturing Engineering étudie les mécaniques de fuite de la pieuvre pour une éventuelle application à la propulsion aquatique, les premiers tests semblent concluant et utilisent l’imprimante 3D comme méthode d’assemblage. La pieuvre, une espèce très réputée pour son intelligence et sa faculté d’adaptation, se déplace normalement avec ses 8 tentacules en restant sur le sol marin. Mais en cas de danger, elle peut absorber de l’eau puis la refouler par un siphon pour se propulser la tête la première à grande vitesse.

Et cette stratégie de déplacement est reprise par ces ingénieurs-chercheurs qui ont conçu des balles composées d’élastomère contenant un piston hydraulique. L’eau est aspirée grâce à une ouverture puis expulsée avec le piston à l’aide d’une pompe à moteur. Les chercheurs ont annoncé que leur système est fonctionnel et peut être utilisé pour manœuvrer des petits bateaux, des jet-skis ou encore des scooters aidant  les plongeurs à se déplacer sous l’eau.

Mais ce qui est réellement intéressant c’est que la fabrication du mécanisme peut être entièrement réalisée avec une imprimante 3D. Les chercheurs chauffent et liquéfient les plastiques choisis pour en faire un filament qui est ensuite appliqué couches après couches pour constituer le produit final. Ce procédé simple permet également de fabriquer les systèmes de propulsions de différentes tailles, jusqu’à deux mètres de haut avec l’aide de robots industriels.

Cette expérience relevant du domaine de la bionique montre le potentiel de l’étude des stratégies évolutives souvent ingénieuses que l’on rencontre chez les animaux. Avec l’avancée des technologies, il nous est désormais possible de les analyser de manière pertinente et de les réutiliser pour améliorer ou même remplacer les mécaniques utilisées aujourd’hui. Si l’étude de la nature et de ses applications technologiques a pu aboutir aux avions et à bien d’autres inventions, il reste encore un formidable potentiel à creuser auquel les avancées scientifiques débloquent l’accès au fur et à mesure.

Retrouvez l’article de Science Daily ici !

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email