A San Francisco, les restaurants branchés remplacent les serveurs par des automates share
back to to

A San Francisco, les restaurants branchés remplacent les serveurs par des automates

11 septembre 2015

Ni serveur, ni caissier entre le client et son plat de quinoa : c’est la formule d’Eatsa, une chaîne de restauration automatisée de San Francisco. Le New York Times nous emmène à la découverte de cette expérience de service sans humains.

« Je n’appellerais pas cela un restaurant. C’est plutôt un système de distribution automatique de nourriture », explique David Friedberg, entrepreneur en ingénierie logicielle et créateur d’Eatsa. Dans ce restaurant situé à deux pas de la Silicon Valley, le client passe commande sur tablette avant de voir son nom apparaître sur un écran LCD, associé à un numéro de cube design.

Entre ses parois de plexiglas, la nourriture a été disposée par un automate. Pour les uns, c’est un bel exemple de service plus efficace et moins coûteux. Pour les autres, une menace de plus pour les emplois précaires. Friedberg a, pour sa part, déjà tranché :

« Nous pouvons nous asseoir et débattre des heures durant des implications sur les employés de la restauration à faibles revenus, mais je ne crois pas que cela soit juste. Si l’accroissement de la productivité signifie une économie de coûts, du restaurateur au consommateur, ces derniers auront beaucoup plus à dépenser par ailleurs. »

Sans compter qu’Eatsa crée aussi de nouveaux emplois, souligne l’entrepreneur : fabricant de robots…ou producteur de quinoa.

Plus d’explications avec le New York Times.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email