Six point zéro

28 octobre 2011

Gouverner c’est anticiper : voilà une proposition systématiquement démentie, ici, depuis que les NTIC ont irrigué le monde. Manquant singulièrement de culture en la matière (« Mais qu’appelez-vous une souris mademoiselle ? »), notre classe politique hexagonale n’a jamais compris les enjeux des TIC, et a en tout cas une énorme difficulté à les intégrer.

La raison en est simple : nos institutions – pyramidales, centralisées, hiérarchisées, propices au contrôle a priori – sont en complète contradiction avec l’internet vu comme un nouvel horizon organisationnel et politique : réticulé, sans centre, sans périphérie, propice à la prise d’initiative. Toute tentative d’E-gouvernement qui viendrait se plaquer sur de telles institutions est comme un emplâtre sur une jambe de bois : inutile, contradictoire, inefficace.

Comme d’habitude, les NTIC ne sont pas magiques, et ne nous dédouanent de la nécessité de l’action. En tirer tout le parti nous oblige à mettre en phase nos pratiques et nos institutions, et à passer simplement et rapidement à la République 6.0.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email