Smartphones : adieu l'ennui ?

6 novembre 2012

Sommes-nous encore capables de patienter dans une file d’attente sans consulter notre smartphone ? En d’autres termes, la technologie mobile est-elle en train de nous faire oublier ces petits moments d’ennui de la vie quotidienne ? 

CNN est allé poser la question dans les couloirs du métro New-Yorkais. Et pour cause : aux Etats-Unis, 42% des propriétaires de téléphones portables les considèrent comme un moyen de lutter contre l’ennui – ou plutôt contre l’absence d’activité – dans le bus, le métro voire au feu rouge.

> La « peur de l’ennui »

C’est ce que raconte Alexandra Reed, auto-entrepreneuse de 39 ans, qui navigue entre ses deux téléphones, ses cinq boîtes mails et ses dizaines d’applications :

« Même quand je conduis, mon compte Facebook est ouvert. Au feu rouge, la première chose que je fais, c’est jeter un coup d’œil à mon téléphone. Et je suis même un peu anxieuse à l’idée de voir s’afficher une nouvelle notification et de ne pas pouvoir la regarder » explique-t-elle.

Cette « peur de l’ennui », même pendant seulement quelques dizaines de secondes, et de rater quelque chose d’important, nous pousserait donc à sans cesse trouver une occupation. Quoi de plus logique alors que de tendre la main pour attraper notre smartphone :

« Nous sommes habitués à être constamment stimulés et, lorsque ce n’est plus le cas, nous ne savons d’une certaine façon plus trop quoi faire. Quand on n’est pas habitué à avoir des temps morts, cela peut se traduire par une angoisse du type « Oh mon dieu, je devrais faire quelque chose » et nous attrapons notre smartphone. »

> Les vertus de l’ennui

« Est-ce une bonne chose ? » s’interroge le journaliste de CNN. Les points de vue sur la question divergent. 

Pour les chercheurs du Social Issues Research Center d’Oxford, s’ennuyer n’est pas toujours un mal et bien au contraire : l’ennui serait une source d’équilibre personnel, qui nous permettrait d’être plus créatif ou de nous adonner à une forme nécessaire d’introspection

Pour d’autres, comme Joel Marx, chercheur à Baltimore, l’activité perpétuelle grâce aux  smartphones permet au contraire d’ouvrir les perspectives, de rester en contact avec l’extérieur, en relation avec le monde plutôt que de rester replié sur le sien.

Mais, comme le souligne Xavier de la Porte, attribuer aux smartphones la disparition de l’ennui serait un raccourci un peu rapide : l’activité élimine-t-elle obligatoirement l’ennui ?

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email