Au Royaume-Uni, la Social Tech fleurit

6 janvier 2016

Un nombre croissant d’entrepreneurs britanniques s’intéresse aux façons dont la technologie peut résoudre certains problèmes sociétaux. Panorama de cet écosystème Social Tech avec le Financial Times.

« Il y a un enthousiasme pour l’entreprenariat et les technologies profitables aux autres que nous n’avons jamais vu auparavant » analyse Tudor Aw, du cabinet d’audit KPMG. Parmi les start-up les plus innovantes du pays, selon le fonds d’investissement Nominet Trust, Open Bionics permet par exemple de créer, en moins de 40 heures et à très bas coût, des prothèses imprimées en 3D adaptées aux besoins spécifiques des personnes amputées ou des enfants victimes de malformations. De même, Gyroglove a récemment levé 700 000 livres pour développer les premiers objets connectés à destination des victimes de la maladie de Parkinson.

Le Financial Times note cependant une caractéristique notable de cet écosystème : beaucoup de ces entrepreneurs lancent des produits dont la viabilité commerciale est incertaine… voire impossible. C’est par exemple le cas de la carte crowdsourcée de what3words, une application qui permet de localiser les cas de choléra en Tanzanie et d’éviter la propagation de la maladie.

Plus d’informations avec l’article du Financial Times.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email