Tous codeurs, ou tous amateurs d’informatique ? share
back to to

Tous codeurs, ou tous amateurs d'informatique ?

24 avril 2012
La culture numérique remet en cause les frontières entre les professionnels et les profanes, de nombreux observateurs estiment que nous sommes donc entrés dans une société où chacun peut prendre la place du spécialiste. On constate, en fait, une situation bien différente. Si des amateurs peuvent rivaliser avec des spécialistes, d’autres ont simplement acquis quelques connaissances rudimentaires. 
 
Si la culture numérique apporte bien une démocratisation des compétences, cela ne veut pas dire que tous les individus souhaitent acquérir les mêmes savoirs. Il en est de même pour la connaissance des langages informatiques. On observe, ainsi, dans les communautés de développeurs de logiciels libres des pratiques informatiques très différentes. Là où certains codent, d’autres se contentent de débugger ou de s’initier à la programmation. Tous les projets ne débouchent pas, loin de là, sur un logiciel achevé et utilisable.
 
Une formation aux langages informatiques doit donc intégrer la variété de ces pratiques. Elle doit aussi tenir compte du fait qu’une bonne partie de ces apprentissages peut être faite en ligne et surtout selon des cheminements qui correspondent aux souhaits des amateurs et non à celui d’une logique scolaire qui prévoirait des niveaux et des diplômes.
 
En définitive, il ne s’agit pas que demain, nous soyons tous des codeurs, mais que chacun ait des rudiments de programmation pour pouvoir aller plus loin, s’il le souhaite.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email