Un jeu vidéo pour gérer collectivement une (vraie) ferme share
back to to

Un jeu vidéo pour gérer collectivement une (vraie) ferme

10 juillet 2014

Vous aviez déjà géré une ville, un parc d’attraction ou même un zoo en jouant aux jeux vidéo ? Essayez donc les fermes ! Mais attention : cette fois, plus question de faire semblant car ce sont des actions IRL que vous mènerez du fond de votre canapé.

Une expérience au delà du virtuel

Viridis est un jeu qui permet à ses utilisateurs de gérer collectivement une exploitation agricole de Spiruline, cette algue verte aux mille vertus qui peuple les magasins bio. Une manière originale de lier nouvelles technologies et agriculture responsable avec, de surcroît, des conséquences bel et bien réelles.

Ce projet, mis en place par le duo Art-Act (et repéré par le designer Geoffrey Dorne), s’appuie en effet sur une ferme à Spiruline implantée dans les Cévennes, dont le management dépend des actions menées par les internautes participant à l’expérience. La maintenance de la ferme et le suivi des étapes de production est assumé par les visiteurs virtuels, guidés par le fermier responsable de l’exploitation et présent sur les lieux, qui assure le mentorat des joueurs.

Favoriser le collectif

Eloignement du point d’eau, problématiques énergétiques ou recherche de ressources et de matériaux sont autant de défis, à la fois ludiques et concrets, à relever collectivement. Le sens du groupe est un aspect fondamental de l’expérience car la coopération est indispensable pour la survie de la ferme.

Gaspard et Sandra Bébié-Valérian, qui forment le duo à l’initiative de Viridis, ont réussi à donner à leur idée une portée passionnante et ambitieuse : celle d’une réappropriation des technologies au bénéfice d’une pensée critique du monde. En détournant les codes du jeu vidéo – et ceux d’une industrie habituellement dédiée au loisir – au profit d’une expérience coopérative, les deux artistes proposent aux participants de relever des enjeux sociétaux tels que ceux de l’agriculture intelligente et de la préservation des ressources naturelles.

En utilisant la gamification, ils nous proposent également un autre modèle de travail collectif et solidaire rendu possible par le numérique et contribuent à révéler ainsi l’incontestable potentiel positif du jeu vidéo.

Le tout sans négliger pour autant le caractère ludique, narratif et esthétique de l’oeuvre, qui nous fait évoluer dans un univers basé sur un scénario post-apocalyptique et composé de panoramiques photographiques et d’effets son et lumière recherchés. 

L’expérience, ouverte depuis le mois de mai, est encore accessible jusqu’en octobre 2014.

 

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email