Un logiciel pour lutter contre la surveillance des Etats share
back to to

Un logiciel pour lutter contre la surveillance des Etats

20 novembre 2014

Ce n’est plus un secret : les nouveaux outils numériques servent de support aux Etats pour mener leurs activités de surveillance. Afin de lutter contre l’espionnage de nos ordinateurs, via microphones ou webcams, Amnesty International a développé un logiciel dont la BBC nous offre une description. 

Cette initiative intervient en réponse à la recrudescence de logiciels espions particulièrement insidieux utilisés par des organismes d’Etats, qui s’attachent à collecter les informations enregistrées par les ordinateurs. Un marché qui représente aujourd’hui près de 5 milliards de dollars par an.

« Ces logiciels espions sont commercialisés pour leur capacité à contourner les anti-virus classiques », commente Tanya O’Carroll, consultante en technologies chez Amnesty International.

Infiltrés sur nos machines après réception d’un mail ou suite à la consultation de sites web, ces logiciels ont été conçus et testés pour ne déclencher aucune alerte de sécurité. Ils laissent néanmoins quelques signes de leur passage, que Detekt, fruit du travail conjoint d’Amnesty International, de l’Electronic Frontier Foundation, de Privacy International et de Digitale Gesellschaft, se chargera de déceler.

Si Alan Woodwar, professeur à l’Université de Surrey et cité par la BBC, s’interroge quant à la possibilité de maintenir un tel programme à jour face à la progression rapide des logiciels espions, ce projet intervient en faveur de la régulation de telles pratiques de surveillance, aujourd’hui répandues. Et ce aussi bien au sein de gouvernements répressifs que démocratiques : pêle-mêle, la Syrie, le Bahrein, l’Ethiopie, l’Allemagne, le Vietnam ou la Corée du Nord… ainsi que les Etats-Unis, dont le Sénat a tout récemment refusé une réforme de la NSA, l’agence de renseignements américaine.

Plus d’informations avec l’article de la BBC

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email