Un ordinateur biologique pour manipuler le code génétique share
back to to

Un ordinateur biologique pour manipuler le code génétique

28 mai 2013

Des chercheurs au Technion-Israel Institute of Technology, ont conçu une machine utilisant uniquement des biomolécules pour créer et modifier, entre autres, des séquences ADN, révèle un article du Science Daily

Cet ordinateur biologique ne ressemble pas aux PC traditionnels, une interface n’est même pas nécessaire puisque chacun de ses composants, hardware, logiciels et ports, sont  des molécules interagissant entre elles dans une solution liquide au milieu d’une cascade de réactions chimiques.

Rien d’étonnant à cela d’après le professeur Ehud Keinan, membre de l’équipe et spécialiste de la chimie, pour qui les organismes vivants sont des ordinateurs biologiques naturelles. Les molécules y interagissent de manière logique, se répondent et déclenchent des réactions pour accomplir les tâches requises, sa machine fonctionne sur le même principe.  

Si certaines versions moins performantes existaient déjà, cet outil de calcul et d’analyse est désormais suffisamment puissant pour lire, reconnaître, décoder puis transformer des informations génétiques. Capable de produire des résultats en interaction avec des organismes vivants, l’ordinateur biologique peut même utiliser les résultats précédents comme point d’entrée pour de nouveaux calculs et modifications génétiques.

À long terme, il sera certainement possible d’identifier les allèles impliquant des risques pour la santé et modifier directement les morceaux de code génétique concernés de manières réactives et préventives. D’autres utilisations peuvent être envisagées, comme la résolution de problèmes complexes nécessitant l’utilisation de calculs et d’algorithmes particuliers. Mais c’est surtout son utilisation pour reprogrammer des gènes qui est intéressante et qui pourrait, par exemple, permettre d’imprimer des organes 3D légèrement modifiés pour être sains et les greffer à une personne qui souffre d’une dysfonction dû à un gène muté.

Retrouvez l’article de Science Daily ici !

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email