Un tatouage pour protéger les athlètes du surmenage share
back to to

Un tatouage pour protéger les athlètes du surmenage

26 juillet 2013

Le ScienceDaily rapporte que l’équipe de Joseph Wang, professeur en nano-ingénierie à l’université de San Diego en Californie, a mis au point un capteur sous forme de tatouage capable de surveiller en temps réel certains indicateurs physiologiques.

Pour l’instant, le tatouage est destiné aux athlètes de haut niveau pour leur éviter de trop se dépenser. Il est en effet capable de mesurer la quantité d’acide lactique contenu dans la sueur. L’acide lactique est une substance qui se forme lorsque l’utilisation des muscles requiert plus d’énergie que le corps ne peut en fournir. Permettant initialement de compenser ce manque et de poursuivre un effort, une concentration trop importante amènera une grande fatigue voire un épuisement de l’athlète.

Les tests menés sur dix volontaires se sont révélés satisfaisants, les capteurs du tatouage étant parvenus à mesurer les niveaux d’acide lactique contenu dans la sueur avec exactitude. C’est une véritable avancée car jusqu’à présent la seule manière d’effectuer cette mesure était une prise de sang puis une analyse – pas vraiment instantané donc.

Si pour l’instant ces tatouages en sont encore à un stade expérimental avec les sportifs, on peut facilement imaginer que leurs applications se multiplient. Il est probable qu’au long terme un unique tatouage soit capable de mesurer la majorité des indicateurs physiologiques avec lesquels il est en contact. Ces biocapteurs pourraient alors devenir d’une utilité cruciale dans des domaines multiples, de la simple salle de fitness au terrain militaire en passant par les hôpitaux.

Retrouvez l’article de ScienceDaily ici !

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email