Bill Gates : « une connexion haut débit ne sert à rien si on meurt de faim » share
back to to

Bill Gates : "une connexion haut débit ne sert à rien si on meurt de faim"

7 novembre 2013

On parle beaucoup de la nécessité de réduire la fracture numérique, mais est-il pour autant indispensable de courir après la connectivité pour la connectivité ? Dans une perspective d’ordre prioritaire : l’atout premier de la technologie réside dans son impact en matière de santé et d’éducation. C’est ce que nous explique Bill Gates dans une rare interview pour FT Magazine cette semaine. Explications.

« J’aime les technologies de l’information mais quand nous voulons améliorer la vie, on doit se résoudre à des choses plus ‘basiques’ comme la survie et la nutrition chez les enfants », Bill Gates

Si la connexion est un enjeu pour donner accès aux deux couches perceptives de notre monde (monde moléculaire et monde numérique), les sciences de la technologie ont surtout l’avantage d’être des outils capables de mieux piloter et contrôler la fin des propagations de maladies. C’est ainsi que Bill Gates développe dans cette longue interview – faisant suite à un récent AMA (Ask me anything) sur Reddit, son engagement caritatif au sein de sa Fondation, The Bill & Melinda Gates.

Plusieurs enjeux sont mis en avant, comme la planification de la fin de la polio et de la malaria. Ils demandent de définir des objectifs précis car l’idée est d’accompagner les agents de vaccinations dans les régions les plus défavorisés :

– donner une visibilité (grâce à la technologie GPS) sur l’état de la propagation de ces deux maladies infectieuses,

guider les cartographes sur place, qui listent encore la localisation des villages atteints et indiquent les personnes contaminées à la main, en leur fournissant des images satellites. Les zones visitées par les agents sont ainsi répertoriées de manière plus précise et locale.

évaluer les niveaux de couverture de vaccination des enfants de moins de 5 ans dans les zones touchées par l’infection pour repousser le phénomène dit de « transmission silencieuse ».

La technologie doit être au service de la santé. Elle est un outil parfait pour le management de projets solidaires. Mais, selon Gates :  » ce sont des problèmes trop loin des meilleurs cerveaux pour pouvoir les attirer. ça renvoie à des choses trop pratiques et banales en termes de technologie« .  

Ce mouvement open source et de réexploitation des données, générés par les agents de vaccination qui sont sur place, n’est pas le seul élément prioritaire : l’éducation en est un aussi.

Au sein de sa fondation, il réfléchit sur comment Internet change l’éducation ? Il a par exemple lancé la star-up Inigral, une application pour les écoles leur ouvrant un réseau privé sur Facebook. Dans une Lettre de 2013 sur sa Fondation, Gates fait remarquer que l’apprentissage dans les régions les plus défavorisées, comme dans le Colorado, se transforme. On apprend aujourd’hui a écrire directement des textes documentaires et les leçons invitent tout de suite à l’interactivité. 

Pour en savoir plus sur l’interview de Bill Gates, c’est ici.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email