Une flotte de pigeons pour surveiller la qualité de l’air à Londres share
back to to

Une flotte de pigeons pour surveiller la qualité de l’air à Londres

21 mars 2016
Le projet, porté par une start-up française, a pour objectif d’évaluer en temps réel la qualité de l’air. Un projet repéré par Industrie & Technologies.

Dans leurs petits sacs à dos, des outils GPS et des capteurs de dioxyde d’azote de 35g chacun. Ainsi équipés, les pigeons du projet mené par la start-up française Plume Labs en partenariat avec DigitasLBI, ont survolé la capitale britannique pendant trois jours, du 14 au 16 mars.

Partis de Bricklane, ils ont évalué en temps réel la qualité de l’air en différents points de la ville. Dans le cadre du projet, les Londoniens étaient invités à tweeter leur localisation au compte @PigeonAir afin d’en déterminer les niveaux de pollution.

 

Les données récoltées serviront d’éléments de comparaison avec les niveaux de pollution déterminés par l’OMS. Elles révèlent pour le moment que, si la pollution est « modérée » au centre de Londres, de hauts niveaux de dioxyde de nitrogène sont à noter à Westminster.

Un projet d’envergure alors que la pollution est accusée d’être la cause de 9500 décès par an à Londres.

Prochaine étape pour Plume Labs, spécialisée dans les objets connectés nomades ? S’associer au CNRS pour mettre au point un capteur personnel pour mesurer le niveau de pollution auquel une personne s’expose en temps réel.

Plus d’informations avec l’article de Industrie & technologies.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email