Une machine à rêver digne des surréalistes share
back to to

Une machine à rêver digne des surréalistes

28 mars 2014

Savez-vous rêver, lâcher prise face à la réalité et vous abandonner à l’imaginaire ?

Le Centraal Museum (Utrecht, Pays-Bas) a mis en place un outil capable de vous le dire. Dans le cadre d’une exposition consacrée au surréalisme, le musée accueille « Brain Trip », un dispositif innovant qui permet d’évaluer la capacité des visiteurs à laisser s’exprimer leur imagination. Celui-ci s’appuie sur l’électro-encéphalographie – une méthode d’exploration cérébrale qui mesure l’activité électrique du cerveau par des électrodes placées sur le cuir chevelu – habituellement réservée à une utilisation médicale. PSFK revient sur le projet.

Les visiteurs munis d’un casque sont immergés dans une vidéo interactive qui leur offre un voyage dans l’imaginaire des artistes, guidés par leur propre propension à se laisser porter par la fantaisie de leur esprit. Le voyage commence dans la réalité, avec des images « normales » et des scénarii compréhensibles. Mais bientôt, alors que l’attention du visiteur diminue, celui-ci est entrainé dans un univers onirique et fantastique, dont il peut ne peut revenir s’il fait l’effort de retrouver sa concentration.
 

L’outil s’appuie en réalité sur la captation des ondes cérébrales émises par le visiteur et sur ses moments de concentration, de relâchement, ses clignements d’yeux. La résistance à la tentation de la rêverie, variable selon chaque individu, détermine le déroulé du voyage en terres surréalistes. Si les plus concentrés réussissent à rester ancrés un bon moment dans la réalité, l’expérience, relativement épuisante, révèle que tous les visiteurs finissent par succomber à la rêverie et se retrouver plongés dans des scènes de plus en plus étranges. A la fin de l’épreuve, la feuille de route du visiteur lui est restituée et celui-ci peut avoir un aperçu du tracé de son voyage et le partager sur les réseaux sociaux.

Les artistes surréalistes inventaient des techniques visant à reproduire les mécanismes du rêve et à réduire le rôle de la conscience ainsi que l’intervention de la volonté. Alors que notre subconscient fait tout pour s’accrocher à la réalité, l’expérience Brain Trip, inspirée de ces méthodes, nous invite à lâcher prise sur la réalité par la relaxation, pour libérer l’imagination créative latente en chacun de nous.

L’intermédiaire utilisé ici par le musée pour y arriver – d’une nature bien différente de ceux employés par les artistes de l’époque – marque un tournant dans le rapport du public à l’art. Détournant le dispositif de son usage médical, le Centraal Museum fait entrer l’encéphalographie dans le domaine culturel, à l’heure où les expériences interactives proposées par les musées sont le plus souvent centrées autour des sens que du cerveau.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email