La viticulture entre dans l’ère numérique avec les vignes connectées share
back to to

La viticulture entre dans l’ère numérique avec les vignes connectées

4 avril 2014

On connaissait les semelles ou les vaches connectées, c’est maintenant au tour des vignes d’entrer dans le cercle de plus en plus large des choses connectées. Loin d’être saugrenue, l’innovation permet d’économiser des millions de litres d’eau mais aussi de prédire la qualité d’un millésime, rapporte un article de Metronews daté du 4 avril.

Œnologue et docteur en viticulture, Thibaut Scholasch a longtemps travaillé auprès de viticulteurs français célèbres. C’est pourtant en Californie que son invention a vu le jour : dans les vignobles de la Napa Valley, il a eu l’idée d’installer des capteurs sur des vignes. L’objectif ? Recueillir des informations sur leur état d’hydratation. Couplées à des données météorologiques, cartographiques et historiques, ces informations sont ensuite passées au crible d’algorithmes, qui leur donnent ensuite bien des applications.

Economiser de l’eau mais aussi optimiser les périodes d’arrosage pour obtenir un meilleur cru, évaluer le prochain millésime… La société de Thibaut Scholasch en viendrait-elle à remplacer les maîtres de chais ?

« En Californie, les maîtres de chais ou les chefs de culture avaient presque systématiquement tort dans leurs choix d’arroser ou non« , s’amuse Thibaut Scholasch.

Mais si ses capteurs sont capables de saisir et transmettre bien des informations et d’automatiser certaines actions, aucun viticulteur ne fait pour l’instant confiance à son application sur smartphone pour lancer l’arrosage de ses vignes à distance.

Pour autant, les services de Thibaut Scholasch ont déjà séduit plus de 90 clients dans le monde, et pourraient également inspirer d’autres cultivateurs.

Pour lire l’intégralité de l’article de Metronews, c’est ici.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email