Voici la carte des « Etats-Unis de la haine » share
back to to

Voici la carte des « Etats-Unis de la haine »

16 mai 2013

Au XVIIème siècle, la carte du Tendre permettait aux gens de cour d’explorer la géographie de l’amour. Au XXIème siècle, la chercheuse américaine Monica Stephens invente la géographie de la haine : c’est moins mignon, mais très utile pour savoir où (ne pas) poser vos valises si vous envisagez de déménager demain. 

La carte ci-dessus a été réalisée à partir des tweets contenant des mots haineux et géolocalisés pour déterminer leur origine. Les zones colorées délimitent les régions dans lesquelles ces déversements de haine sont plus fréquents que la moyenne nationale.

Fast Co.Exist nous donne quelques précisions sur la méthodologie employée : 150 000 tweets ont été retenus par un algorithme, puis triés « à la main » par la chercheuse et trois associés pendant 150 heures : il s’agissait de ne garder que les tweets dans lesquels ces termes grossiers étaient employés avec une véritable intention haineuse.

« Les ordinateurs font de piètres juges de l’ironie ou du sarcasme, et Twitter est souvent utilisé au second degré ou pour citer et commenter d’autres sources », explique Monica Stephens, qui regrette les analystes d’opinion en ligne aient souvent tendance a tout mettre dans le même panier.

A quand la même carte pour la France ? Avec la récente polémique autour des déferlements homophobes du mot-dièse #SiMonFilsEstGay, nul ne doute que la géographie de la « France de la haine » a aussi de belles choses à nous apprendre.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email