Vote en ligne : où on est-on ?

5 mars 2014

La Suisse a récemment déployé le vote sur Internet à l’ensemble de son territoire, rapporte un article du Journal du Net paru le 3 mars. L’occasion de faire une rapide comparaison entre les initiatives suisse, estonienne et française.

En matière de vote électronique, la Suisse et l’Estonie font figure de précurseurs en Europe. Et pour cause, les premiers essais de vote sur Internet datent de 2005 dans le pays balte. Etendu à l’ensemble du territoire en 2007, le dispositif a séduit près de 25% des électeurs lors des élections nationales de 2011.

Du côté des Helvètes, dix ans d’expérimentation ont été nécessaires avant la mise en place du processus. La raison ? Une volonté ferme du conseil d’Etat d’assurer la fiabilité des votes et la sécurité des électeurs. Un système de « vérifiabilité » a donc été mis en place et permet aux électeurs de consulter le contenu de leur bulletin afin d’éviter toute fraude.

C’est le non-respect de cet impératif de sécurité qui freine, selon l’auteur de l’article, les initiatives de l’Hexagone : en 2011, une première expérimentation de vote sur Internet était faite avec les Français de l’étranger. Résultat : un informaticien nantais affirmait que le système était aisément piratable, ce que le scandale des primaires UMP a par la suite démontré.

La sécurité technique s’impose donc comme l’un des principaux freins à l’adoption du dispositif en France. Mais au delà même de l’outil, c’est la question des usages qui se pose. Si la Suisse et l’Estonie ont surmonté l’obstacle, les citoyens français sont-ils vraiment prêts à abandonner les bureaux de vote physiques ?  

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email