Votre portrait en mode « glitch » : quand le bug informatique se transforme en oeuvre d’art share
back to to

Votre portrait en mode "glitch" : quand le bug informatique se transforme en oeuvre d'art

10 juillet 2014

Assumer l’erreur informatique et la détourner fait partie désormais de notre patrimoine culturel numérique, les Net artistes sont parmi ceux qui contribuent le plus à en témoigner. C’est le cas d’Adam Ferriss, artiste et étudiant au Design Media Arts de l’Université de Californie à Los Angeles (UCLA), qui propose avec son dernier dispositif interactif, Gush, une immersion dans un étonnant spectacle visuel. Explications avec le média spécialisé The Creators Project.

La défaillance des machines, une aubaine artistique

Par son expérience visuelle qui met le bug au centre de l’oeuvre, Adam Ferriss vise à développer une esthétisation de la faille électronique. Pour ce faire, son dispositif « Gush » permet aux utilisateurs de générer des « portraits glitch » à l’aide d’une simple webcam. Pratique familière des artistes du numérique, le glitch est un dysfonctionnement informatique qui offre l’occasion de créer des images distordues, désintégrées, en mosaïque de pixels et de couleurs.

Le « glitch-alike », simple tendance ou nostalgie des premiers bugs électroniques ?

Concrètement, l’utilisateur regarde la caméra, celle-ci capturant ses mouvements et transformant l’image en des textures fluides qui se font et se défont de manière anarchique. Le rendu prend des accents Pop Art, distorsion en plus.

Mais c’est en fait bel et bien d’un « glitch-alike » dont il s’agit : celui qui tend à imiter les premiers « glitchs ». Les phénomènes originaux étaient « naturels », provoqués par des coupures de courant ou une mauvaise connexion. Ils pouvaient être véritablement frustrants lorsqu’ils interrompaient votre programme télé pour transformer votre écran de téléviseur en gros carrés pixelisés. Est-ce à dire que l’art du « portrait glitch », à l’image de ce que nous présente Adam Ferriss, correspond à une forme de nostalgie ? Après tout, ce sentiment fait partie intégrante de la culture geek, les jeux vidéo s’en imprégnant par exemple avec le « retro-gaming »…
  

Pour tester, c’est ici, et pour lire l’article de The Creators Project, c’est ici.

Chaque semaine,
recevez les immanquables
par email